Coupes Diplomatiques et Poursuites Judiciaires : Comment le Monde a-t-il Réagi à l’Offensive Israélienne à Gaza ?


Qu’il s’agisse du rappel des ambassadeurs ou des pressions en faveur d’une responsabilité juridique, des pays du monde entier ont pris des mesures contre Israël pour son attaque dévastatrice en cours contre la bande de Gaza.

En un peu plus de 45 jours, la campagne meurtrière menée par Israël contre la bande de Gaza a tué plus de 13 300 Palestiniens, dont plus de 9 100 enfants et femmes.

L’assaut contre l’enclave palestinienne sous blocus a été le seul et unique centre d’intérêt du monde entier, la seule différence entre les pays étant la position qu’ils ont adoptée sur la question.

Israël a eu son lot de partisans, et de puissants en plus – les États-Unis, le Royaume-Uni, l’UE et d’autres pays traditionnellement alliés à ce bloc occidental.

D’un autre côté, l’attaque contre Gaza a suscité des réactions véhémentes, tout en mettant également en lumière les décennies d’occupation des territoires palestiniens par Israël et les politiques d’oppression que les groupes de défense des droits ont qualifiées d’apartheid et de crimes contre l’humanité.

Partout dans le monde, des protestations et des manifestations pro-palestiniennes massives ont eu lieu appelant à la fin immédiate des attaques dévastatrices d’Israël.

Outre l’opinion publique, les positions officielles de nombreux pays ont également été contre Israël, allant des coupures diplomatiques à l’engagement d’une action en justice pour obtenir des comptes.

Répercussions diplomatiques

Les retombées diplomatiques pour Israël ont commencé en Amérique latine, où la Bolivie et maintenant le Belize ont rompu leurs liens à la suite de l’assaut sur Gaza, un pays où un groupe d’experts de l’ONU a récemment averti que les Palestiniens couraient « un grave risque de génocide », comme l’a déclaré l’Israélien. Le gouvernement a imposé un blocus total, coupant l’approvisionnement en eau, en nourriture et en électricité.

D’autres pays du continent – ​​la Colombie, le Chili et le Honduras – ont rappelé leurs ambassadeurs israéliens.

Israël a également été confronté à des réactions négatives similaires dans son propre voisinage géographique, où la Turquie, Bahreïn et la Jordanie ont retiré leurs diplomates au cours du mois dernier.

Bahreïn a également expulsé l’ambassadeur israélien et suspendu ses relations économiques avec Tel-Aviv.

Tous les pays ont cité la catastrophe humanitaire à Gaza comme principale raison, condamnant l’attaque d’Israël et son mépris total pour les vies civiles.

Un communiqué du ministère turc des Affaires étrangères indique spécifiquement que la décision de rappeler l’ambassadeur a été prise « compte tenu de la tragédie humanitaire qui se déroule à Gaza, causée par les attaques continues d’Israël contre des civils, et du refus d’Israël d’accéder aux appels au cessez-le-feu et au flux continu et sans entrave des flux de population ». aide humanitaire.”

En Afrique, deux pays ont pris des mesures similaires et ont rappelé leurs ambassadeurs : le Tchad et l’Afrique du Sud.

Tout cela exacerbe l’isolement diplomatique d’Israël, qui est membre de l’ONU mais n’entretient pas de relations bilatérales avec l’ensemble de ses 193 membres.

Afghanistan, Algérie, Bangladesh, Brunei, Comores, Cuba, Djibouti, Indonésie, Iran, Irak, Koweït, Liban, Libye, Malaisie, Maldives, Mali, Mauritanie, Niger, Somalie, Corée du Nord, Oman, Pakistan, Qatar, Arabie Saoudite, La Syrie, la Tunisie et le Yémen n’entretiennent pas de relations diplomatiques avec Israël.

Un certain nombre de nations indépendantes reconnues par l’ONU refusent également catégoriquement de reconnaître la souveraineté d’Israël – Iran, Irak, Koweït, Liban, Arabie Saoudite, Syrie, Yémen, Algérie, Libye, Somalie, Corée du Nord, Afghanistan, Bangladesh et Pakistan.

Faire pression pour une action en justice

Outre la résistance diplomatique, les pays ont désormais également emprunté la voie juridique pour tenir Israël responsable de ses actions contre les Palestiniens.

Cette initiative est menée par l’Afrique du Sud, qui a renvoyé Israël devant la Cour pénale internationale (CPI), le tribunal basé à La Haye.

La Cour, selon ses propres termes, a pour mandat d’enquêter et de poursuivre « les crimes les plus graves qui préoccupent la communauté internationale : le génocide, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le crime d’agression ».

La saisine a été soumise conjointement par cinq pays – l’Afrique du Sud, le Bangladesh, la Bolivie, les Comores et Djibouti, selon Karim Khan, l’actuel procureur de la CPI.

La campagne de poursuites judiciaires a également recueilli le soutien d’autres pays comme la Turquie et la Malaisie.

Le Premier ministre malaisien Anwar Ibrahim a déclaré que son pays soutiendrait pleinement tous les efforts juridiques contre Israël et était prêt à apporter son aide en fournissant des représentants et des conseils juridiques.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a souligné qu’il existe « de nombreuses preuves » pour qu’Israël soit jugé par la CPI, promettant qu’Ankara fera tout ce qui est en son pouvoir pour garantir que les « crimes d’Israël soient punis de manière impartiale ».

D’autres étapes en vue

L’Afrique du Sud, qui est devenue l’un des plus fervents partisans de la Palestine au monde, pourrait également rompre complètement ses liens avec Israël.

Une proposition à ce sujet devrait être soumise au vote du Parlement cette semaine, certains législateurs appelant à la rupture totale des relations diplomatiques avec le « régime brutal d’apartheid israélien », tandis que d’autres préconisent une approche plus médiatisée.

Alors qu’Israël a également rappelé son ambassadeur de Pretoria, les législateurs du Parlement sud-africain voteront la fermeture de l’ambassade israélienne.

En Europe, la Norvège, la Belgique et l’Espagne s’interrogent sur la reconnaissance de l’État de Palestine.

Un projet de loi adopté à une écrasante majorité au parlement norvégien « demande au gouvernement d’être prêt à reconnaître la Palestine comme un État indépendant lorsque cette reconnaissance pourrait avoir un impact positif sur le processus de paix, sans pour autant faire d’un accord de paix final une condition ».

En Espagne, le Premier ministre Pedro Sanchez a déclaré que son nouveau gouvernement œuvrerait au niveau national et européen pour « reconnaître l’État de Palestine », alors qu’il se rendra également en Israël et en Palestine cette semaine.

Pour la Belgique, Caroline Janez, ministre de la Coopération au développement et des grandes villes, a déclaré récemment à Al Jazeera que son pays devait « reconnaître l’existence de l’État de Palestine », soulignant que cela reste « la seule solution tenable à long terme ». -terme pour la paix et la sécurité.

Des mesures qui ont échoué

L’Irlande, autre pays historiquement favorable à la cause palestinienne, est à nouveau devenue une exception en Europe avec sa position résolument critique à l’égard des politiques du gouvernement israélien.

Le principal parti d’opposition, le Sinn Fein, a appelé à l’expulsion de l’ambassadeur israélien, tandis que le gouvernement irlandais a adopté une approche diplomatique plus équilibrée.

Le Premier ministre Leo Varadkar a déclaré que le pays n’avait pas l’intention d’expulser l’ambassadeur israélien parce qu’il souhaitait adopter une « approche de bon sens », soulignant la présence de près de 40 citoyens irlandais à Gaza.

« Nous voulons qu’ils puissent partir s’ils le souhaitent », a-t-il déclaré.

Par la suite, une motion appelant à l’expulsion de l’ambassadeur israélien a été rejetée au Parlement la semaine dernière, ainsi qu’une autre proposition exhortant le gouvernement irlandais à renvoyer Israël devant la CPI.​​​​​​​

Source : Agence Anadolu

Abdellah Laabi

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *