La journaliste tadjike Mamadshoeva condamnée à 21 ans de prison


Bruxelles (25/11 – 33.3)

La Cour suprême du Tadjikistan a condamné Ulfathonim Mamadshoeva, une journaliste très respectée de 65 ans, à 21 ans de prison pour incitation au renversement du pouvoir. gouvernement. Mamadshoeva a été accusée par le les autorités d’être une figure de proue derrière turbulences politiques qui a secoué son natif Région autonome du Haut-Badakhchan (GBAO) plus tôt cette année. État la propagande a allégué précédemment que le journaliste chevronné et activiste a fait éclore le prétendu parcelle, pour lequel aucun crédible preuve a été produit, à la demande d’un gouvernement étranger anonyme.

Le frère de Mamadshoeva, Khursand, a été condamné la semaine dernière à 18 ans de prison pour des accusations similaires. Son ex-mari, Kholbash Kholbashev, ancien haut fonctionnaire des services frontaliers, a été condamné à perpétuité.Tous les procès se sont déroulés à huis clos. Les seuls détails qui ont filtré proviennent de proches des prévenus.

La journaliste Ulfathonim Mamadshoeva, 65 ans, a été accusée par les autorités d’être l’une des figures de proue des turbulences politiques qui ont secoué la région autonome du Haut-Badakhshan (GBAO) au début de cette année. La propagande d’État a déjà affirmé qu’elle avait ourdi le prétendu complot,pour lequel aucune preuve crédible n’a été produite.

Mamadshoeva n’est qu’une des innombrables personnes originaires de Tadjikistan La région orientale du Pamir a fait l’objet d’arrestations arbitraires et de procès sommaires au cours de l’année dernière pour des allégations d’implication dans un militantisme en faveur de l’autonomie. Rares sont les accusés qui ont eu accès à une représentation juridique. Le campagne de répression est l’aboutissement d’un répression violente du gouvernement dans le GBAO en mai-juin, qui a été déclenchée en réponse aux protestations.

Par le compte du Bureau du Procureur général, au moins 29 personnes ont été tuées lors de ratissages de sécurité. Les procureurs ont ensuite engagé des poursuites pénales contre 109 dirigeants pamiriens et leurs partisans.La semaine dernière également, la Cour suprême condamné Faromuz Irgashev, un avocat pamir de 32 ans qui a tenté sans succès se présenter à l’élection présidentielle de 2020, à 30 ans de prison.

Lorsque les troubles ont éclaté pour la première fois à GBAO en février, Irgashev a été accusé d’avoir servi d’intermédiaire entre les manifestants et les autorités, contribuant ainsi à désamorcer les tensions. L’un des résultats des négociations a été l’approbation de la création d’une commission de 44 personnes impliquant toutes les parties impliquées dans les troubles et chargée d’enquêter sur les racines des tensions.

En mai, dix membres de cette commission ont été inculpés au motif qu’ils auraient formé un consortium criminel.

Source : Surveillance du Génocide

Zitane Abdessalam

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *