Le Tadjikistan se tourne vers la Chine et la Russie pour ses services Internet et sa sécurité

Amsterdam (10/03 – 40)

L’opérateur des télécommunications a admis en novembre que 95 % du territoire du pays n’était couvert que par des connexions mobiles 2G obsolètes.

Un représentant du chinois Huawei, à gauche, et le patron du groupe tadjik des télécoms, Beg Sabur, signant un protocole d’accord en décembre. (Photo : service de télécommunications tadjik)

Faisant suite à un récent engagement d’améliorer considérablement les services Internet, le régulateur des communications du Tadjikistan a commencé à travailler avec plusieurs entreprises internationales pour rénover l’infrastructure de base.

La conversation la plus notable a lieu avec le chinois Huawei. Au cours de la première quinzaine de décembre, le gouvernement tadjik et le bureau de représentation local de la société chinoise Huawei Technologies Tajikistan, signé un protocole de coopération cela verra ce dernier prendre la tête d’un projet de mise à niveau ou d’installation de 7 600 stations de base envisagées comme l’épine dorsale d’un futur réseau 5G.

L’accord prévoit également la formation de techniciens tadjiks.

Cette initiative – qui fait partie du travail du Service national des communications pour mettre en œuvre le programme gouvernemental de renouvellement et de développement des communications mobiles 2024-2028 – n’arrive pas trop tôt.

L’opérateur des télécommunications, dirigé par un parent par alliance du président Emomali Rahmon, admis en novembre, 95 % du territoire du pays est couvert uniquement par des connexions mobiles 2G obsolètes, ce qui est pratiquement inutile pour la plupart des besoins en ligne modernes.

La dépendance imminente et totale du Tadjikistan à l’égard de Huawei pourrait toutefois susciter un malaise dans certaines capitales occidentales. Les États-Unis se sont montrés particulièrement hostiles à l’égard du géant chinois de la technologie, qu’ils accusent de faciliter le programme de surveillance de l’appareil de sécurité chinois.

L’administration de l’ancien président Donald Trump en 2019 sanctions imposées cela a compliqué l’accès de l’entreprise à la technologie occidentale de fabrication de puces. Le successeur de Trump, Joe Biden, a mené une politique similaire.

Des accords de coopération de niveau inférieur ont également été signés entre le Tadjikistan et des sociétés de télécommunications russes. Les deux sociétés en question, Cifra et Pitre IX, fournira des services de formation et de conseil sur la gestion des réseaux 4G et 5G encore à créer.

À la suite d’un autre mémorandum d’accords de coopération signé en décembre, la société kazakhe National Information Technologies est prêt à faire équipe avec le Tadjikistan pour mettre en place ses systèmes électroniques de gouvernement. Le Kazakhstan se distingue sans doute en Asie centrale par son succès dans le déploiement de services d’administration électronique – et c’est ce que le Tadjikistan pourrait chercher à imiter.

L’envie de la population du Tadjikistan de se lancer pleinement dans le monde numérique a été considérablement entravée par la paranoïa des services de sécurité, adeptes de la censure. Ainsi, alors même que de nouvelles technologies sont adoptées, le Comité national pour la sécurité de l’État, ou GKNB, a contacté ses pairs russes pour les aider à lutter contre « l’utilisation inappropriée d’Internet et des technologies de l’information et de la communication ».

Les gouvernements de Russie et du Tadjikistan signé un accord en juin sur la coopération pour assurer la « sécurité internationale de l’information ». L’accord a été ratifié par le parlement tadjik en décembre.

Commentant cette évolution au début du mois, Mahmad Melikzoda, chef adjoint du GKNB, dit l’accord avec la Russie servirait à « coordonner les contre-mesures contre les menaces à la sécurité internationale de l’information, à prévenir les crimes liés aux TIC et à développer des stratégies communes pour renforcer la sécurité de l’information ».

Des responsables comme Melikzoda citent généralement le terrorisme et l’extrémisme religieux comme principales préoccupations, mais la censure et la surveillance sont déployées par son agence pour harceler une catégorie bien plus large d’individus, notamment les critiques du gouvernement et les journalistes.

Source

Abderrahim Al-Jirari

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *