Tadjikistan : les attaques contre les journalistes restent impunies


Les attaques contre les journalistes sont devenues monnaie courante au Tadjikistan ces dernières années. Pourquoi les responsables d’attaques contre des journalistes restent-ils impunis ? 

Berlin (23/11 – 67)

https://asiaplustj.info/sites/default/files/articles/330621/%D0%BB%D0%B0%D1%82%D1%83%D0%BA%D1%83%D0%B1.jpg

Le 2 novembre est la « Journée internationale pour mettre fin à l’impunité pour les crimes contre Journalistes». Cette date a été choisie en commémoration de l’assassinat au Mali de Claude Verlon et Ghislaine Dupont, deux journalistes français, le 2 novembre 2013. La célébration de 2023 vise à sensibiliser conscience des principaux défis auxquels sont confrontés les journalistes et les communicateurs dans l’exercice de leur profession, et de mettre en garde contre l’escalade de la violence et de la répression à leur encontre.

Attaques contre journalistes sont devenus fréquents occurrence dans Tadjikistan dans dernières années, mais dans presque tous les cas, les auteurs sont restés impunis. L’un des cas les plus célèbres est l’attaque contre le célèbre journaliste tadjik Rajab Mirzo en Douchanbé en 2004. Il a été battu par plusieurs hommes à Douchanbé alors qu’il rentrait chez lui le 29 juillet 2004.

Les attaques contre les journalistes se sont multipliées au Tadjikistan ces dernières années, mais dans presque tous les cas, leurs auteurs restent impunis. Sur les 92 attaques enregistrées, 73 ont été commises par des responsables gouvernementaux.

Le 31 août 2011, Khurshed Atovullo, directeur du Centre de journalisme d’investigation et rédacteur en chef de l’hebdomadaire Farazh, a été roué de coups à Douchanbé. Le journaliste a demandé de l’aide aux autorités. Mais dans cette affaire, aucune enquête n’a été menée et les agresseurs sont restés impunis. En septembre 2016, Doro Suhrobi, journaliste stagiaire à l’hebdomadaire Farazh, a été battu. Les agresseurs sont restés impunis.

Abdullo Ghurbati, correspondant de 23 ans de l’agence de presse Asia-Plus, a été battu par deux inconnus dans la soirée du 11 mai 2020. Selon Abdullo, l’incident s’est produit alors qu’il rentrait chez lui après une épicerie. . Ghurbati, qui purge actuellement sa peine de prison dans une colonie pénitentiaire de Douchanbé, pensait que l’agression était liée à ses activités professionnelles, car il avait déjà reçu plusieurs appels téléphoniques de menaces.

Le 29 mai 2020, Abdullo Ghurbati a été battu par des inconnus dans le district de Khuroson, province de Khatlon, où il se rendait en mission à la rédaction. Cependant, au lieu de rechercher les criminels, le ministère de l’Intérieur a accusé le journaliste lui-même de vouloir susciter parmi les habitants un sentiment de mécontentement à l’égard de l’État et du gouvernement.

Mais cette fois-ci, les assaillants ont été retrouvés. Le tribunal du district de Khuroson a déclaré trois résidents locaux coupables de petit hooliganisme et a condamné chacun d’eux à une amende de 580 somonis.

Le 4 mars 2021, deux reporters du service tadjik de Radio Liberty, Shahlo Abdullo et Mullorajab Yusufi, ont été agressés alors qu’ils préparaient un reportage sur la hausse des prix de l’essence. Les journalistes ont été agressés alors qu’ils interviewaient un chauffeur dans une station-service. Les agresseurs sont restés impunis.

Le 17 mai 2022, des assaillants inconnus ont attaqué des journalistes du service tadjik et de Current Time de Radio Liberty (la chaîne en langue russe gérée par RFE/RL en coopération avec VOA) à Douchanbé et ont pris le matériel et les téléphones personnels des journalistes. Un véhicule de journalistes de RFE/RL a été bloqué par une autre voiture et plusieurs hommes en civil sont sortis de la voiture, ont forcé les journalistes Mullorajab Yusufi et Barot Yusufi à sortir de leur véhicule et les ont attaqués. Les hommes ont frappé Mullorajab Yusufi à plusieurs reprises au corps et à la tête et ont emporté le matériel et les téléphones personnels des journalistes. Quelques instants plus tard, deux journalistes de Current Time, Anoushervon Orifov et Nasim Isamov, auraient été agressés de la même manière, apparemment par les mêmes agresseurs. Les attaques ont eu lieu après que les journalistes ont mené des entretiens séparés avec la célèbre militante des droits civiques Ulfatkhonum Mamadshoyeva.

Dans la plupart des cas, les agresseurs de journalistes restent impunis. L’inquiétude a grandi au sein de la communauté journalistique tadjike et a contraint des dizaines de journalistes à quitter le pays. Ceux qui resteraient dans le pays devraient se censurer eux-mêmes et censurer leur travail, voire rester silencieux.

Un rapport de Justice pour les journalistes publié le 10 octobre 2023 indique que 92 cas d’attaques/menaces contre des professionnels et des civils des médias, ainsi que contre des rédactions de publications traditionnelles et en ligne, Tadjikistan ont été identifiés et analysés au cours de la recherche. « Attaques contre des professionnels des médias au Tadjikistan en 2022 » note que le nombre d’attaques contre des professionnels des médias en 2022 est sans précédent au cours de la dernière décennie.

Il y a eu 92 cas d’agressions contre des professionnels des médias et des blogueurs, dont 61 ont été commises par les autorités par des moyens légaux. Huit de ces cas ont abouti à de lourdes peines de prison contre des journalistes, allant de sept à 21 ans de prison. Depuis 2017, le nombre d’incidents aurait été multiplié par plus de cinq. Les calomnies contre les journalistes et les blogueurs se sont poursuivies en 2022, tant dans les médias d’État que sur les réseaux sociaux anonymes.

Sur les 92 attaques enregistrées, 73 ont été commises par des représentants du gouvernement, 14 par des inconnus et six par des individus qui n’étaient pas des représentants des autorités. Il y a eu un nombre record de huit cas de violences physiques attaques.

Source : Asia Plus

Zitane Abdessalam

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *