La Libye lève la force majeure sur le champ pétrolier de Sharara et reprend la production


TRIPOLI

La National Oil Corporation (NOC), une société d’État libyenne, a levé dimanche l’état de force majeure sur le champ pétrolifère de Sharara, dans le sud de la Libye.

L’entreprise publique a déclaré la force majeure sur le champ pétrolifère le 3 janvier, au milieu des protestations des habitants exigeant la création d’une raffinerie de pétrole dans la région et l’emploi dans les compagnies pétrolières.

La force majeure est une mesure juridique qui exonère les parties contractuelles de toute obligation née d’un événement indépendant de leur volonté.

“L’état de force majeure sur le champ pétrolier de Sharara a été levé et la production a repris”, a indiqué la NOC dans un bref communiqué.

Le vice-Premier ministre du gouvernement basé à Tripoli, Ramadan Abu Janah, a également confirmé la réouverture du champ pétrolier de Sharara après que les revendications des manifestants aient été satisfaites.

​​​​​​​« La plupart des revendications des manifestants ont été mises en œuvre par le gouvernement », a déclaré Abu Janah à la chaîne de télévision locale Alahrar, sans fournir aucun détail.

Les manifestants libyens ont déclaré dimanche dans un communiqué qu’ils avaient suspendu leur sit-in près du champ pétrolifère après avoir conclu un accord avec le NOC.

Le champ pétrolifère de Sharara produit plus de 300 000 barils de pétrole brut par jour, soit environ un tiers de la production du pays riche en pétrole.

La Libye détient les plus grandes réserves de brut d’Afrique, mais des années de conflit et de violence dans le pays depuis l’éviction en 2011 du dirigeant Mouammar Kadhafi ont entravé la production et les exportations.

Source: AA

Hamza Elalamy

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *