La production du champ pétrolier de Sharara en Libye reprend après des protestations

BENGHAZI, Libye –

La production du champ pétrolier libyen de Sharara a repris dimanche, a annoncé la compagnie pétrolière nationale NOC, après que les manifestants ont mis fin à un sit-in qui avait interrompu la production depuis début janvier.

Le champ de Sharara est l’un des plus grands de Libye, avec une capacité de 300 000 barils par jour, mais il est fréquemment la cible de protestations politiques locales et plus larges.

Le champ est situé dans le bassin de Murzuq, au sud-est de la Libye. Il est géré par NOC via la société Acacus, avec l’espagnol Repsol, le français Total, l’autrichien OMV et le norvégien Equinor.

Le vice-Premier ministre Ramadan Abujnah a déclaré à la chaîne de télévision libyenne Al-Ahrar que le président du CNO avait rencontré les manifestants dans l’Est et avait accepté leurs demandes. Cet accord comprenait une décision du Premier ministre du gouvernement d’union nationale, Abdulhamid Dbeibah, de déplacer la société Acacus dans la région sud et de construire une raffinerie pour le Fezzan, région sud.

Le contrat de raffinerie Sud a été signé en mars 2023 entre Zallaf, filiale de NOC, et Honeywell, basée aux États-Unis, pour des travaux d’ingénierie.

Cela coûtera probablement entre 500 et 600 millions de dollars, selon Zallaf.

La raffinerie Sud produira du gaz de cuisine, du carburéacteur et d’autres produits, dont 1,4 million de litres d’essence par jour et 1,1 million de litres de diesel par jour, a indiqué précédemment la NOC.

Selon les analystes, les manifestations pourraient affecter la capacité de la Libye à atteindre son ambitieux objectif de production et à accroître son produit intérieur brut au cours des prochaines années.

Bien qu’elle dispose des plus grandes réserves de pétrole brut d’Afrique, un tiers de la population libyenne vit en dessous du seuil de pauvreté et certaines parties du pays souffrent de pénuries chroniques de pétrole et de gaz en raison d’investissements insuffisants dans les pipelines et les capacités de raffinage.

La dernière fois que la Libye a subi une rupture d’approvisionnement majeure, c’était en 2022.

Le commandant militaire, le maréchal Khalifa Haftar, dont les forces contrôlent l’est de la Libye, riche en pétrole, a orchestré un blocus des champs et des ports cette année-là, incitant la NOC à déclarer la force majeure pour les exportations.

Le blocus a été levé suite à la nomination de Farhat BengDARA à la présidence du CNO.

La Libye est restée divisée depuis la guerre civile qui a suivi la révolution en 2011.

La partie occidentale du pays est gouvernée par une administration internationalement reconnue connue sous le nom de gouvernement d’unité nationale (GNU), qui a été établie dans le cadre d’un processus politique dirigé par l’ONU avant les élections prévues en décembre 2021.

Cependant, ces élections n’ont pas eu lieu, ce qui a suscité des contestations de la part d’opposants remettant en question la légitimité de l’autorité du GNU.

Dans la région orientale, qui abrite environ les trois quarts de la capacité de production pétrolière du pays, le Parlement et la Chambre des représentants ont nommé une administration rivale, le Gouvernement de stabilité nationale, en mars 2022.

NOC, qui a rétabli sa production à 1,2 million de B/J l’année dernière, a annoncé en octobre qu’elle prévoyait d’augmenter sa production de brut à deux millions de B/J au cours des trois à cinq prochaines années.

La Société énergétique publique, qui cherche à réactiver d’anciens puits de pétrole et à lancer de nouvelles activités d’exploration, vise à faire appel aux IOC.

L’augmentation prévue de la production nécessiterait 17 milliards de dollars d’investissements dans 45 projets.

Les revenus des exportations de pétrole brut et de gaz naturel représentent une part importante de l’économie libyenne.

En 2021, les revenus pétroliers représentaient 56,4 % du PIB du pays, contre 42,8 % pour l’Irak et 23,7 % pour l’Arabie Saoudite, le plus grand exportateur mondial de pétrole, a indiqué la Banque mondiale.

Source: The Arab Weekly

Abdellah Laabi

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *