Le Bloc Militaire est-africain Approuve un plan de Sortie Alors que la Mission de la Force Régionale en RD Congo Prend fin


Les armées de quatre pays de la Force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC-RF) ont annoncé vendredi un plan de sortie de la République démocratique du Congo, après près d’un an de déploiement dans l’est du pays.

Suite à la décision du gouvernement de la RDC de ne pas prolonger le mandat actuel de la force, qui doit expirer vendredi, les chefs d’état-major des forces de défense de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) ont décidé de discuter des modalités de sortie lors d’une réunion extraordinaire le Mercredi à Arusha, en Tanzanie, a indiqué le bloc militaire dans un communiqué.

Depuis près de trois décennies, la partie orientale de la République démocratique du Congo est en proie à la violence de plusieurs groupes armés, avec des milliers de personnes vivant dans des camps dans les deux provinces les plus touchées par le conflit, le Nord-Kivu et l’Ituri.

Pour soutenir le rétablissement de la paix et de la stabilité, des militaires du Kenya, de l’Ouganda, du Burundi et du Soudan du Sud ont été déployés en novembre 2022 dans le cadre de la force multinationale EAC-RF dans l’est de la République démocratique du Congo.

Cependant, l’avenir de ce déploiement a ensuite été remis en question après que le président du pays, Félix Thisekedi, a accusé la force de cohabiter avec les rebelles plutôt que de les forcer à déposer les armes.

Le gouvernement de Kinshasa a déclaré que le mandat des troupes ne serait pas prolongé au-delà du 8 décembre 2023.

Plus tôt le 25 novembre, la Communauté d’Afrique de l’Est a annoncé que la RD Congo « ne renouvellerait pas le mandat de la force régionale au-delà du 8 décembre 2023 ».

Les chefs militaires ont confirmé la décision du gouvernement et « ont recommandé aux ministres de la Défense de l’EAC que l’EAC-RF cesse officiellement ses opérations dans l’est de la République démocratique du Congo à compter du 8 décembre », indique le communiqué.

“Les pays contributeurs de troupes doivent commencer le retrait de leurs forces de l’est du Congo conformément au plan de sortie adopté”, indique le communiqué.

Le Kenya a retiré 300 personnes et le Soudan du Sud en retirera 287 d’ici vendredi soir, selon le plan de sortie.

Le Burundi et l’Ouganda retireront leurs forces et rétrochargeront leur équipement par voie routière et aérienne entre le 8 décembre et le 7 janvier 2024.

Au milieu des affrontements en cours entre les forces gouvernementales et les rebelles dans l’est de la République démocratique du Congo, les chefs militaires ont exhorté les factions belligérantes à cesser les hostilités afin que les pourparlers de paix puissent se poursuivre.

Outre la force régionale, la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation au Congo (MONUSCO) est déployée dans l’est de la République démocratique du Congo depuis 1999.

Cependant, le président Tshisekedi a également exprimé sa déception quant à l’efficacité de la mission de l’ONU, lourdement financée et composée d’environ 15 000 soldats de maintien de la paix, pour endiguer la violence.

L’ONU a également annoncé en 2020 le retrait progressif de sa plus grande mission qui débutera en 2024.

Source : aa

Amine Hocquard

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *