Le Tadjikistan va étudier les droits de l’homme, les libertés et la prévention du terrorisme en France

Londres (28/11 – 58)

Tadjikistan les droits de l’homme enregistrer continue de se détériorer dans un contexte d’augmentation répression sur liberté de expression et la politique opposition, aussi bien que ciblage d’avocats indépendants,journalistes, et les membres de la famille des militants de l’opposition à l’étranger. Liberté de assemblée est sévèrement limitée par les manifestations locales, comme une série de manifestations dans la région autonome du Haut-Badakhshan (GBAO), violemment réprimé.

Le Bureau du programme de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à Douchanbé, le Département des menaces transnationales de l’OSCE et la Représentation permanente de la France auprès de l’OSCE ont organisé une visite d’étude à Paris pour les responsables gouvernementaux du Tadjikistan, afin de les familiariser avec l’approche de la France. aux droits de l’homme liberté et la protection des cibles vulnérables contre les attaques terroristes.

Le Tadjikistan continue de commettre des violations des droits humains, détériorant encore davantage son bilan mondial en matière de droits humains, dans un contexte de répression accrue de la liberté d’expression et de l’opposition politique, ainsi que des attaques contre des avocats indépendants, des journalistes et des membres des familles de militants de l’opposition à l’étranger.

La visite d’étude sert de base au renforcement des capacités et au soutien technique de l’OSCE au Tadjikistan en matière de protection des cibles vulnérables, en mettant l’accent sur la prévention des menaces terroristes tout en garantissant le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. La visite d’étude a lieu parallèlement aux récentes activités de l’OSCE et de ses partenaires dans le domaine de la protection des cibles vulnérables, y compris le programme 2023. Atelier de sensibilisation et de lancement de la feuille de route de la République du Tadjikistan pour lutter contre les menaces terroristes contre les cibles vulnérableset un 2022 Atelier régional axé sur l’Asie centrale sur la protection des cibles vulnérables contre les attaques terroristes. L’étude s’inscrit dans le cadre du projet de budget unifié du bureau de Douchanbé de l’OSCE « Soutenir la stratégie nationale et le plan d’action du Tadjikistan pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent pour 2021-2025 », qui vise à l’aider à mettre en œuvre ses engagements antiterroristes conformément aux engagements pertinents de l’OSCE. normes et principes.

Au cours de la visite d’étude, tenue du 20 au 22 novembre 2023, des responsables du Tadjikistan ont rencontré des représentants de la ville de Paris et du gouvernement national. Ils ont discuté de la conception de plans d’urgence dans les espaces publics, notamment les écoles, les hôpitaux, les sites religieux et les centres commerciaux. Ils ont également discuté des procédures d’analyse des menaces, de l’évolution des cadres législatifs sur la prévention du terrorisme, des approches respectueuses des droits de l’homme en matière de protection des espaces publics et de l’engagement du public.

« L’expérience de la France dans la lutte contre le terrorisme en général et en particulier dans la protection des cibles vulnérables dans un contexte terroriste peut être très bénéfique pour renforcer davantage nos efforts nationaux dans ce domaine. Ce fut une visite d’étude fructueuse et informative », a déclaré Zafar Safaralizoda, chef adjoint de la Direction des garanties des droits de l’homme auprès du bureau présidentiel et chef de la délégation du Tadjikistan lors de cette visite d’étude.

« L’une des plus grandes forces de l’OSCE réside dans l’expertise et l’expérience de ses États participants et dans leur volonté de partager les uns avec les autres. Nous remercions le gouvernement français d’avoir accueilli la délégation du Tadjikistan dans son pays et d’avoir mis à disposition l’expertise nécessaire pour véritablement comprendre comment les écoles, les espaces publics, les lieux de culte et autres cibles faciles sont protégés contre les attaques terroristes », a déclaré Jukka Tuononen, chef de du Département politico-militaire et responsable du programme de l’OSCE à Douchanbé.

Le gouvernement du Tadjikistan continue de réprimer et de violer les droits humains dans le pays, en particulier dans la GBAO. Le recours des autorités à la prison et à la torture pour obtenir des aveux reste une préoccupation majeure. Le gouvernement bloque l’accès à divers sites Web qui publient des informations critiques à l’égard du gouvernement et harcèle les groupes de défense des droits humains.

La liberté de religion et de conviction est sévèrement limitée. Les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres sont victimes d’une discrimination et d’une homophobie généralisées. La violence domestique contre les femmes constitue un problème grave, malgré l’adoption d’une loi en 2013 qui prévoit certaines protections des droits humains dans ce domaine. Les conflits frontaliers avec le Kirghizistan ont fait de nombreux morts et de graves violations des droits humains.

L’affrontement entre les habitants du GBAO, qui sont des Pamiris, et les autorités officielles du Tadjikistan dure depuis 2012. En 2018, le président tadjik Emomali Rahmon a autorisé le recours à l’armée régulière pour réprimer les manifestations dans l’autonomie. Depuis lors, des actes de désobéissance civile se produisent périodiquement dans le Haut-Badakhshan, que les forces de sécurité ont durement réprimés.

Le dernier affrontement entre les habitants du GBAO et les forces de sécurité a eu lieu après des rassemblements à Khorog les 14 et 16 mai 2022. Le 18 mai, dans le district de Rushan de la région, où, selon le ministère de l’Intérieur, environ 200 personnes ont bloqué l’entrée de Douchanbé. -Autoroute de Khorog pour empêcher l’arrivée d’un important convoi des forces de sécurité vers le centre administratif du Haut-Badakhchan. Après cela, l’opération antiterroriste a commencé. En conséquence, plus de 40 résidents locaux sont morts. Des dizaines de personnes ont été arrêtées, dont beaucoup ont été condamnées.

Huit experts des Nations Unies attendent une réponse des autorités tadjikes à une lettre exprimant leur inquiétude quant au sort des journalistes condamnés et militants civils. Les experts de l’ONU et les rapporteurs spéciaux ont demandé dans leur lettre une explication à Douchanbé concernant les rapports de brut violations des droits de neuf journalistes et blogueurs condamnés, ainsi que des droits civils militants. La lettre du 12 mai 2023, est publiée ici. Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, Marie Lawlor a visité Tadjikistan plus tôt pour aborder le droits humains violations dans le pays.

Le Tadjikistan a également annoncé la détention de cinq Pamiris en juin de cette année, les présentant comme « les dirigeants d’un groupe criminel organisé dans la ville de Khorog ». Parmi les condamnés figurent Tolib Ayombekov, Nazhmiddin Sherchonov, Imumnazar Shoishirinov, Munavvar Shanbiev et Niyozsho Gulobov.

Source

Abderrahim Al-Jirari

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *