Crise des Migrants : un Pêcheur Tunisien Découvre des Cadavres dans ses Filets


À mesure que le nombre de migrants tentant d’atteindre l’Europe augmente, le nombre de décès en Méditerranée augmente également.

Alors que les responsables de l’Union européenne luttent pour contenir l’exode, le sort de ceux qui fuient la pauvreté et les persécutions laisse des traces tragiques sur les côtes tunisiennes.

Alors que le soleil pointe à l’horizon au large de sa côte est, le pêcheur Oussama Dabbebi commence à remonter ses filets. Son visage se fixe anxieusement sur son contenu, car parfois il ne trouve pas que du poisson.

“Au lieu d’attraper du poisson, il m’arrive parfois d’attraper des cadavres. La première fois, j’ai eu peur, puis petit à petit, je m’y suis habitué. Au bout d’un moment, sortir un cadavre de mon filet, c’est comme attraper un poisson.”

Le pêcheur de 30 ans, vêtu d’un sweat-shirt à capuche sombre et d’un short, affirme avoir récemment trouvé les corps de 15 migrants dans ses filets sur une période de trois jours.

“Une fois, j’ai trouvé le corps d’un bébé. En quoi un bébé est-il responsable de quoi que ce soit ? Je pleurais. Pour les adultes, c’est différent parce qu’ils ont vécu. Mais vous savez, pour le bébé, il n’a rien vu.”

M. Dabbebi pêche dans ces eaux près de Sfax, la deuxième ville de Tunisie, depuis l’âge de 10 ans.

À l’époque, il était l’un des nombreux pêcheurs à lancer leurs filets, mais aujourd’hui, il affirme que la plupart des pêcheurs ont vendu leurs bateaux pour des sommes considérables à des passeurs.

“De nombreuses fois, des passeurs m’ont proposé des sommes incroyables pour vendre mon bateau. J’ai toujours refusé parce que s’ils utilisaient mon bateau et que quelqu’un se noyait, je ne me le pardonnerais jamais.”

Non loin de là, un groupe de migrants du Soudan du Sud, frappé par le conflit, les chocs climatiques et l’insécurité alimentaire depuis son indépendance en 2011, s’éloigne lentement du port.

Tous espèrent finalement atteindre le Royaume-Uni. L’un d’entre eux explique qu’ils ont abandonné à contrecœur une deuxième tentative de traversée vers l’Italie en raison d’un bateau surpeuplé et d’une météo qui se dégradait.

“Il y avait tellement de monde et le bateau était très petit. Nous allions quand même y aller, mais quand nous nous sommes éloignés du rivage, il y avait beaucoup de vent. Il y avait trop de vent.”

Selon la Garde nationale tunisienne, 13 000 migrants ont été forcés de quitter leurs bateaux souvent surpeuplés près de Sfax et sont retournés à terre au cours des trois premiers mois de cette année.

Entre janvier et avril de cette année, quelque 24 000 personnes ont quitté la côte tunisienne à bord d’embarcations de fortune pour gagner l’Italie, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Le pays est désormais devenu le principal point de départ des migrants tentant de rejoindre l’Europe. La Libye détenait auparavant cette distinction douteuse, mais la violence contre les migrants et les enlèvements par des bandes criminelles ont conduit de nombreux migrants à se rendre en Tunisie, avant de se diriger vers l’Europe.

Cependant, le bateau impliqué dans la catastrophe de la semaine dernière au large des côtes grecques, qui a fait au moins 78 morts et environ 500 disparus , était parti de Libye.

Source : bbc

Abderrahim Al-Jirari

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *