La Lutte Palestinienne est Fondamentalement « Anti-Impérialiste » et n’a Rien à Voir Avec la Religion, Selon les Dirigeants Musulmans de Grèce


“La lutte palestinienne a, par essence, un caractère anti-impérialiste”, a déclaré à Anadolu Mohammed al-Sayyed, président de la Communauté palestinienne en Grèce.

La lutte palestinienne n’a rien à voir avec la religion et a, fondamentalement, un « caractère anti-impérialiste », selon un dirigeant de la communauté palestinienne en Grèce.

Alors que l’attention du monde est à nouveau tournée vers la question Palestine-Israël en raison de la crise actuelle à Gaza, Mohammed al-Sayyed, président de la Communauté palestinienne en Grèce, a souligné la nécessité de considérer les événements actuels à travers le prisme de l’histoire.

« Ce qui se passe à Gaza ne date pas du 7 octobre », a-t-il déclaré dans une interview à Anadolu.

« Le problème palestinien, la souffrance palestinienne, ont commencé depuis 1948. Et cela si nous ne remontons pas à 1917. »

En 1917, il faisait référence à la Déclaration Balfour, une lettre adressée par Arthur Balfour, alors ministre britannique des Affaires étrangères, à Lionel Walter Rothschild, une figure éminente de la communauté juive britannique, dans laquelle il s’engageait à soutenir « un foyer national pour le peuple juif » en Palestine.

« Balfour a donné quelque chose qu’il ne possède pas à certaines personnes qui ne le méritent pas. Les sionistes ne méritent pas la Palestine, ils n’ont rien à voir avec la Palestine », a déclaré al-Sayyed.

«Avant cela, les sionistes eux-mêmes cherchaient un pays pour eux-mêmes, en Argentine ou au Kenya. Puis la troisième solution, ils ont trouvé que la solution la plus simple était que les Britanniques les aident à établir leur foyer en Palestine.

Depuis 1948, lorsque les Palestiniens ont été expulsés de leurs terres historiques, Israël est resté catégorique en ignorant de nombreuses résolutions de l’ONU, a déclaré al-Sayyed.

« Jusqu’au 7 octobre, de nombreuses résolutions de l’ONU et du Conseil de sécurité stipulaient qu’Israël devait se retirer des territoires occupés, y compris Jérusalem », a-t-il souligné.

En tant que puissance occupante, a-t-il déclaré, Israël a également l’obligation légale de protéger la vie des Palestiniens en Cisjordanie, mais il continue de tuer des civils et d’encourager l’expansion des colonies illégales.

“Pas une guerre de religion”

Al-Sayyed a souligné que la question israélo-palestinienne qui dure depuis des décennies ne peut et ne doit pas être considérée comme une guerre de religions, en particulier entre l’islam et le judaïsme.

« Nous, Palestiniens, avons coexisté avec les Juifs en Palestine pendant des siècles. Et, dans l’ensemble, les Juifs ont vécu en paix dans la géographie islamique plus large, du Maroc au Yémen et à l’Irak, pendant plus d’un millénaire jusqu’à la fondation d’Israël en 1948 », a-t-il déclaré.

Il a également souligné que la nation palestinienne dispersée dans le monde entier en raison de l’occupation israélienne comprend des musulmans et des chrétiens ayant des visions du monde et des modes de vie différents.

« Cependant, nous sommes unis et unis dans la résistance à Israël et convaincus que nous finirons par l’emporter », a-t-il déclaré.

« Il est important de savoir que la lutte palestinienne a, par essence, un caractère anti-impérialiste. »

Al-Sayyed a exhorté la communauté internationale à être du « bon côté de l’histoire » à un moment où les Palestiniens de la bande de Gaza sont confrontés au « nettoyage ethnique » de la part d’Israël.

« Le bon côté de l’histoire, c’est d’être du côté du peuple palestinien, qui a été traité injustement pendant des décennies », a-t-il déclaré.

« Le monde veut qu’Israël ait Gaza et la Cisjordanie »

Interrogé sur le projet israélien d’expulser les Palestiniens de Gaza pour la réoccuper et l’ouvrir aux colonies illégales, al-Sayyed a déclaré qu’Israël poursuivait cet objectif avec le soutien de la communauté internationale.

« Le monde entier veut qu’Israël exécute son plan. Ils veulent qu’ils aient le reste des terres. Ils veulent qu’ils aient la Cisjordanie et Gaza », a-t-il déclaré.

Cependant, a-t-il affirmé, la « fermeté des Palestiniens » ne permettra pas que cela se concrétise.

« Les Palestiniens ont dit que nous ne quitterions pas notre pays. Nous sommes prêts à mourir ici et nous n’opterons pas pour une autre Nakba », a-t-il déclaré.

“Tu sais pourquoi? Parce qu’à Gaza même, 70 % de sa population est également réfugiée. Ce sont les enfants et petits-enfants de Palestiniens expulsés de leur ville natale après la fondation d’Israël en 1948. »

Les doubles standards de l’Europe

Dans une interview accordée à Anadolu, Naim el-Ghandour, président de l’Association musulmane de Grèce, a souligné que le président turc Recep Tayyip Erdogan avait raison lorsqu’il disait que l’Europe devait aux Juifs et non aux musulmans.

« Lorsque les Juifs ont été expulsés de la péninsule ibérique en 1492, ce sont les États musulmans d’Afrique du Nord et de l’Empire ottoman qui les ont accueillis », a expliqué el-Ghandour.

Il a déclaré qu’un fort antisémitisme prévaut toujours en Europe, le désignant comme la principale raison du soutien fort et inconditionnel que les États européens accordent à Israël.

« Ils soutiennent Israël parce qu’ils ne veulent pas que les Juifs reviennent en Europe », a-t-il expliqué.

Concernant le nombre croissant de morts palestiniens dans les attaques israéliennes sur Gaza, qui dépasse désormais les 11 200, dont plus de 7 700 femmes et enfants, el-Ghandour a déclaré que la position de l’Europe face aux atrocités israéliennes en cours a réfuté ses propres récits de liberté, de démocratie et de droits de l’homme.​​​​​​​​​​​​​

Source : Agence Anadolu

Amine Hocquard

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *