Les farceurs talibans – je ne peux tout simplement pas les retenir


Francfort (18/12 – 14)

On ne reconnaît généralement pas qu’il y a des avantages remarquables à être ignoré. Les pays d’Asie centrale, historiquement sous la coupe de Moscou, tout au long des 70 années d’existence de l’Union des Républiques socialistes soviétiques, ont été plus ou moins coupés du monde extérieur. Il y avait peu de commerce ou d’autres échanges.

L’URSS était en fait un sac à main d’ethnies, de religions et de langues, contrôlée d’une main de fer par Staline, puis avec une domination ininterrompue au travers des régimes ultérieurs.

Sous la direction soviétique, l’Asie centrale était restée pauvre et ignorée ; elle n’avait pas développé de ressources en hydrocarbures pour attirer les pétro-flibustiers occidentaux et européens de l’Empire transatlantique. Avec l’effondrement soudain de l’URSS, un regain d’intérêt pour le puzzle des différents « -stans » est apparu en Occident, en partie pour détecter les ressources minérales de valeur potentielle – le Kazakhstan possède du pétrole – mais aussi dans un effort pour « contenir » » la « Fédération de Russie » nouvellement créée, toujours un adversaire épineux armé d’ICBM et disposant de ressources terrestres et minières alléchantes. L’hégémonie occidentale s’est progressivement infiltrée en Ouzbékistan, au Turkménistan, au Tadjikistan, au Kirghizistan et au Kazakhstan, tous des pays musulmans turcophones soulagés de finalement échapper à la domination russe.

« L’espoir jaillit éternellement », et il y a des personnalités politiques et des groupes de réflexion occidentaux qui proposent de diviser la Fédération de Russie en nations plus petites et plus malléables, des nations dociles plus faciles à piller pour des ressources savoureuses (comme cela a été documenté après 1991, lorsque les Russes les oligarques ont conspiré avec les entreprises occidentales pour voler tout ce qui n’était pas identifié). Que les Russes eux-mêmes n’acceptent pas de voir leur nation brisée et exploitée est scandaleux pour l’Occident, qui considère le monde comme son huître (preuve : extraction à bas prix des ressources d’Afrique et d’Amérique latine, avec peu de profit pour ceux qui y vivent, avec hégémonie occidentale ininterrompue).

Le charmant fantasme de briser le potentiel militaire russe permettrait à Washington de réaliser son rêve rêvé de « domination totale du spectre » (terme réel du Pentagone – non inventé), après avoir pratiquement vidé l’économie européenne à travers son aventure ukrainienne chimérique : la destruction du Nordstream 2. Le gazoduc a coupé l’approvisionnement en gaz russe bon marché qui alimentait l’industrie et les marchés de consommation d’Europe occidentale. Pendant ce temps, une importante armée américaine continue d’occuper l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon.

Les États-Unis exigent un tribut de leurs vassaux à travers une balance commerciale négative et la vente incessante de bons du Trésor, d’instruments financiers dont la valeur intrinsèque devient de plus en plus discutable et d’armements hors de prix.

Alors que les Russes sont impliqués dans « l’opération militaire spéciale » ukrainienne, apparemment pour protéger les zones russophones attaquées depuis 2014 par les néo-nazis, l’OTAN a vu une opportunité de tromper l’Asie centrale, en suivant l’exemple pacifique de la République populaire de Chine, dont L’initiative « la Ceinture et la Route » a déjà fait des progrès, d’abord dans le Tadjikistan primitif et au Kazakhstan, beaucoup plus développé.

La Chine a également construit le plus long oléoduc du monde, s’étendant de ses champs de pétrole au Kazakhstan jusqu’à la chaîne de montagnes du Tien Shan qui la sépare de l’Asie centrale.

Aujourd’hui, les Américains, par l’intermédiaire de l’OTAN et de ses ONG habituellement suspectes, tentent d’éloigner les républiques d’Asie centrale de la Russie, en espérant que le ressentiment traditionnel face aux abus et à l’exploitation soviétiques les attirera vers des alliances avec l’Occident.

Un exemple des mauvais traitements russes : ses essais d’armes nucléaires et ses lancements spatiaux sont effectués au Kazakhstan.

Un certain Andrei Serenko, directeur du Centre d’analyse de la Société russe des politologues et directeur du Centre d’étude de la politique afghane, a prévenu qu’un mouvement terroriste renaissant, né d’une guerre brutale, L’Afghanistan dirigé par les talibans, constitue une menace pour les pays d’Asie centrale, principalement le Tadjikistan. Le mouvement Jamaat Ansarullah (également connu sous le nom de Tehrik-e-Taliban Tadjikistan, ou TTT, ou « Taliban tadjiks »), a commencé à former des kamikazes, composés principalement de candidats originaires du Tadjikistan désespérément pauvre.

Jamaat Ansarullah serait basé dans la province afghane du Badakhshan, frontalière du Tadjikistan. Au cours des six derniers mois, selon Serenko, elle a considérablement élargi ses rangs.

« Si auparavant le nombre de militants de ce groupe se chiffrait par dizaines, il se compte désormais par centaines », a écrit Serenko.

« Jamaat Ansarullah a réussi à résoudre ses problèmes de financement ainsi qu’avec ses armes : ses militants ont eu accès aux armements modernes américains et de l’OTAN laissés en Afghanistan en août 2021. » C’est à ce moment-là que les États-Unis et leurs alliés, la queue entre les jambes, ont fui ignominieusement l’Afghanistan, après vingt ans de massacre et une aventure militaire ratée de vingt et un mille milliards de dollars.

Les kamikazes de Jamaat Ansarullah proviennent également d’autres pays post-soviétiques ; leur formation a lieu dans une madrassa spéciale située dans le district de Nusay (Darwaz-i-Bala) de la province du Badakhshan.

Alexandre Bortnikov, directeur du Service fédéral de sécurité russe (FSB), a déclaré qu’« une « ceinture d’instabilité » est en train de se créer aux « frontières sud de la CEI » ; Bortnikov a rapporté que des militants étaient recrutés au sein d’organisations terroristes internationales opérant en Irak, en Syrie et dans un certain nombre d’autres pays d’Asie et d’Afrique, et étaient transférés vers le nord de l’Afghanistan.

Un ancien chef des services de renseignement afghans affirme que le régime taliban qui dirige actuellement l’Afghanistan explore de manière ambitieuse les options permettant d’obtenir des armes nucléaires tactiques.

Maintenant, nous parlons. Les kamikazes sont comme les moustiques dans la société occidentale : ils peuvent causer des dégâts, mais une équipe SWAT peut simplement les chasser. Les armes nucléaires (y compris une « bombe sale » simple à construire) sont une tout autre affaire. Même une petite arme nucléaire tactique peut détruire une grande partie d’une ville – et plonger le reste de la population dans la panique, ruinant ainsi la cohésion sociale et les routines quotidiennes.

« L’objectif prioritaire des terroristes est de prendre le pouvoir dans les pays d’Asie centrale, principalement au Tadjikistan, en Ouzbékistan et au Turkménistan, et de les inclure dans le soi-disant ‘califat mondial’ », a ajouté Bortnikov, affirmant que « cela se fait avec la participation active des services de renseignement américains et britanniques.

Cela ne serait pas surprenant, compte tenu de la façon dont les aventuriers militaires occidentaux se sont comportés en Irak, en Libye et en Syrie : parrainer, financer, puis détruire. Rincer et répéter.

Gene Alexander

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *