Le Tadjikistan condamne cinq dirigeants pamiriens à la prison à vie

Berlin (24/11 – 50)

Ta Cour suprême du République de Tadjikistan condamné cinq dirigeants pamirs de la région autonome du Haut-Badakhshan (GBAO) à vie emprisonnement. Il s’agit de Tolib Ayombekov, Nazhmiddin Sherchonov, Imumnazar Shoishirinov, Munavvar Shanbiev et Niyozsho Gulobov.

Le service de presse du ministère de l’Intérieur de Tadjikistan ont annoncé leur retenue en juin de cette année, présentant tout le monde comme « les dirigeants d’un groupe criminel organisé dans la ville de Khorog » – le centre administratif de GBAO.

Le ministère de l’Intérieur du Tadjikistan a annoncé la détention de cinq Pamiris en juin de cette année, les présentant comme « les dirigeants d’un groupe criminel organisé dans la ville de Khorog ». Parmi les condamnés figurent Tolib Ayombekov, Nazhmiddin Sherchonov, Imumnazar Shoishirinov, Munavvar Shanbiev et Niyozsho Gulobov.

Selon les informations de la loi mise en vigueur agence, Shanbiev et Ayombekov faisaient partie de ceux avec qui le pays Les autorités ont signé des accords séparés en octobre 2018, les obligeant à rendre leurs armes et à ne pas s’organiser. rassemblements et ne pas se livrer à des activités illégales.Selon les médias, les cinq condamnés sont des dirigeants informels du GBAO.

Il semblerait que, par la même décision de justice, plusieurs autres résidents des GBAO ont été condamnés à de longues peines de prison emprisonnement. L’ancien chauffeur d’Ayombekov, Khamza Murodov, ainsi que les frères et sœurs de ce dernier, Okil et Anoyatsho Ayombekov, ont été condamnés à 30 ans de prison. Le neveu d’Ayombekov, Mamadomon, a été condamné à 10 ans de prison.

Okil Ayombekov et Khamza Murodov ont été reconnus coupables en 2013 du meurtre du général des services spéciaux Abdullo Nazarov et condamnés respectivement à 17 et 16 ans de prison dans une colonie à sécurité maximale. Actuellement, tous deux sont en prison depuis 11 ans. Et maintenant, leurs peines de prison ont été alourdies.

L’affrontement entre les habitants du GBAO, qui sont des Pamiris, et les autorités officielles du Tadjikistan se poursuit depuis 2012. En 2018, le président tadjik Emomali Rahmon a autorisé le recours à l’armée régulière pour réprimer les manifestations dans l’autonomie. Depuis lors, des actes de désobéissance civile se produisent périodiquement dans le Haut-Badakhshan, que les forces de sécurité ont durement réprimés. supprimé.

Le dernier affrontement entre les habitants du GBAO et les forces de sécurité s’est produit après des rassemblements à Khorog les 14 et 16 mai. Le 18 mai, dans le district de Rushan de la région, où, selon le ministère de l’Intérieur, environ 200 personnes ont bloqué la route Douchanbé-Khorog. autoroute pour empêcher l’arrivée d’un important convoi des forces de sécurité vers le centre administratif du Haut-Badakhchan. Après cela, l’opération antiterroriste a commencé. En conséquence, selon diverses sources, plus de 40 résidents locaux sont morts. Des dizaines de personnes ont été arrêtées, dont beaucoup ont été condamnées.

Source

Hamza Elalamy

Learn More →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *